Enquête Forsa : inclusion 2020

Pratique externe

Durée

2015-2020

Partenariat

En coopération avec l’institut Forsa

Raison pour laquelle il a été développé

La troisième édition de l’enquête Forsa attire l’attention sur le fait que l’inclusion ne s’est pas améliorée dans les écoles allemandes. Le financement insuffisant, le grand nombre d’élèves par classe, la pénurie de personnel enseignant qualifié et les conséquences imprévues de la pandémie de covid-19 sont autant d’obstacles à l’inclusion au sein de l’éducation. L’objectif consiste à placer la thématique de l’inclusion scolaire au centre du programme politique allemand et à soutenir les syndicats de l'enseignement qui revendiquent des structures appropriées, du personnel enseignant hautement qualifié et davantage de personnel de soutien pour pouvoir assurer un encadrement adéquat des élèves ayant des besoins spéciaux.

Activités

Le 9 novembre, le VBE a publié les résultats de l’enquête nationale de l’institut Forsa sur l’inclusion dans les écoles allemandes, à laquelle ont participé plus de 2.000 enseignant·e·s. Cette enquête fait le point sur l’inclusion et les progrès réalisés depuis 2015 dans les écoles allemandes, en tenant compte également de l’incidence de la pandémie de covid-19.

Résultats

Les résultats de cette recherche révèlent que l’inclusion dans les écoles ne progresse pas et que les gouvernements fédéraux ne prennent pas suffisamment d’initiatives pour améliorer la situation. Plus spécifiquement, l’enquête révèle un contraste important entre les promesses ambitieuses des autorités politiques et le peu de fonds publics alloués concrètement pour améliorer l’inclusion dans les écoles. Selon le rapport, étant donné que le nombre d’élèves ayant des besoins spéciaux ne cesse d’augmenter et que la taille des classes demeure identique, le personnel enseignant n’a ni le temps ni les moyens de leur apporter un soutien adéquat. En effet, quatre écoles sur cinq déclarent avoir besoin de personnel enseignant mieux qualifié et d’effectifs supplémentaires pour soutenir les élèves en situation de handicap. Par ailleurs, dans la plupart des cas, le personnel enseignant ne se voit offrir aucun programme de développement professionnel continu et de qualité. L’enquête met également en avant les conséquences de la pandémie de covid-19 sur les élèves en situation de handicap. 70 % des enseignant·e·s interrogé·e·s soulignent que les élèves n’ont pas été suffisamment encadré·e·s durant la fermeture des écoles et 74 % que l’apprentissage en ligne durant le confinement s’est traduit par une régression en termes d’inclusion. Dans ses commentaires à propos de ces données, Udo Beckmann, président fédéral du VBE a déclaré : « Les besoins sont différents et nécessitent donc un soutien scolaire différencié. Les enseignant·e·s doivent faire face à des situations inédites sans préparation appropriée. C’est injuste, non seulement pour le personnel enseignant mais aussi pour les élèves. Nous avons besoin de structures scolaires adéquates, de classes plus petites et de personnel de l’éducation supplémentaire ayant une expertise professionnelle spécifique pour travailler au sein d’une équipe multidisciplinaire, apporter un soutien adéquat aux élèves ayant des besoins spéciaux et renforcer l’inclusion scolaire. »

Financement

VBE

Liens

Allemagne
Partagez cette page