Mesures de lutte contre la ségrégation horizontale

Pratique externe

Durée

En cours

Partenariat

Gouvernement, organisations d’employeurs (par exemple sur la plate-forme du marché du travail) et autres syndicats.

Raison pour laquelle il a été développé

Aux Pays-Bas, les femmes sont surreprésentées dans le secteur de l’éducation, en particulier dans l’enseignement primaire : • Enseignement primaire : 85 % • Enseignement secondaire : 55 % • Enseignement secondaire professionnel : 57 % • Enseignement supérieur : 49 % Les principales raisons de cette situation sont les suivantes : • Les écarts salariaux actuels 1) entre le secteur public et le secteur privé, et 2) entre l’enseignement primaire et les autres secteurs de l’éducation. Les salaires dans le secteur privé augmentent beaucoup plus vite que dans le secteur public. Il existe des écarts salariaux entre le secteur privé et le secteur public. Le ministère néerlandais de l’Education a le pouvoir d’utiliser la « ligne zéro » (ou le « gel » des salaires) dans le secteur public, lorsqu’il le juge nécessaire. Les salaires du secteur de l’éducation ont été gelés pendant de nombreuses années depuis la crise. • La formation du personnel enseignant n’est pas toujours attrayante aux yeux des hommes. • L’absence de perspectives de carrière concrètes dans l’enseignement primaire. • L’enseignement primaire est davantage associé à des services de prise en charge ou à la prestation de soins.

Activités

Le syndicat a récemment organisé une grève pour réclamer des salaires plus élevés à tous les niveaux de l’éducation. La grève du mois de mars était une grève politique https://www.csee-etuce.org/en/news/archive/3003-netherlands-widespread-general-strike-in-education Pour voir toutes nos revendications : https://www.aob.nl/nieuws/wat-eist-de-aob-per-onderwijssector/ Les bas salaires poussent les hommes à quitter le secteur de l’éducation et, en définitive, dissuadent les femmes hautement qualifiées de travailler dans l’enseignement. L’AOb estime que le personnel enseignant ne devrait pas se sentir contraint de quitter l’enseignement pour s’assurer une carrière. Si l’on souhaite attirer plus d’hommes au sein de la profession enseignante, il importe de réfléchir à une véritable perspective de carrière dans l’enseignement. Raison pour laquelle, le syndicat appelle à une modification de la convention collective en vue d’améliorer les échelles salariales et d’activer les mécanismes du dialogue social pour réclamer des augmentations salariales, accompagnées d’opportunités de développement de la carrière professionnelle. L’AOb soutient également que, pour encourager davantage de personnes, notamment les hommes, à entrer dans la profession enseignante, le secteur doit faire en sorte qu’un plus grand nombre d’entre eux choisissent de suivre une formation d’enseignant et la terminent. Actuellement, les hommes sont nombreux à ne pas terminer leur formation d’enseignant. L’AOb coopère également dans le cadre d’une plate-forme avec des employeurs et d’autres syndicats de l’enseignement, entre autres, pour organiser des campagnes et coordonner des projets. Ils ont notamment créé un site web commun. Pour de plus amples informations : Enseignement primaire https://www.arbeidsmarktplatformpo.nl/ Enseignement secondaire https://www.voion.nl/ Enseignement professionnel https://www.sommbo.nl/ Enseignement supérieur www.zestor.nl La plate-forme pour le secteur de l’enseignement primaire a récemment organisé une campagne intitulée « Nous voulons plus de héros et d’héroïnes dans les classes ». Il s’agit d’une campagne de communication destinée à susciter l’enthousiasme des futur·e·s étudiant·e·s du secondaire à se tourner vers l’enseignement. Pour obtenir de plus amples informations et télécharger notre bannière et notre dépliant : https://www.arbeidsmarktplatformpo.nl/activiteiten/heldenvoordeklas/ La plate-forme accorde également des subventions aux établissements qui attirent les effectifs masculins dans l’enseignement, dans l’espoir d’encourager les écoles à investir dans le recrutement d’un plus grand nombre d’hommes.

Résultats

Le gouvernement a fait le choix politique de limiter les fonds disponibles pour l’éducation. Le dialogue social se poursuit et le syndicat, souvent soutenu par les organisations d’employeurs, maintient la pression sur le gouvernement. La principale difficulté consiste à convaincre ce dernier de mettre suffisamment de fonds à la disposition du secteur de l’éducation. Un autre problème persistant est le débat entourant les écarts salariaux. Est-il logique que la direction gagne plus que le personnel enseignant ? L’AOb n’en est pas convaincu. La profession enseignante devrait être bien mieux évaluée et mise en valeur. Il est nécessaire d’offrir des salaires plus élevés si l’on souhaite attirer davantage d’hommes dans la profession et encourager les femmes hautement qualifiées à poursuivre leur carrière dans l’enseignement. Une autre difficulté consiste à se défaire de l’image selon laquelle une augmentation de salaire n’est possible qu’en abandonnant l’enseignement.

Financement

L’augmentation des échelles salariales doit être financée à partir du budget national.

Liens

Pays-Bas
Partagez cette page